vendredi 22 février 2019

Juan Wauters – La Onda de Juan Pablo

Juan Wauters – La Onda de Juan Pablo

Après deux albums adorables dans le sillage de Devendra Banhart, l’Uruguayen basé à New York Juan Wauters est parti sur les routes d’Amérique latine avec son micro, son magnéto et sa guitare pour aller à la découverte des musiques locales, jouant à chaque étape en compagnie de musiciens de rencontrés sur place. L’ensemble donne un carnet de voyage musical absolument irrésistible dans lequel la langue espagnole se pare de différentes couleurs ou tonalités en fonction des pays visités et des influences culturelles locales.
Annoncé comme le premier volet d’une trilogie, La Onda de Juan Pablo est un disque radieux, amical et chaleureux, rempli de bonnes vibrations dans des chansons folk qui s’écoutent et se réécoutent avec bonheur. Vite la suite !

Label : Captured Tracks / Differ-Ant
Date de sortie : 25 janvier 2019
Ecouter : spotify + deezer + bandcamp
Note : [8.0]
Critiques : les oreilles curieuses

jeudi 21 février 2019

Séverin – Transatlantique

Séverin – Transatlantique

Il est toujours aussi difficile de résister aux chansons légères de Séverin. Sur des musiques aux accents brésiliens, l’auteur de l’impeccable Ca ira tu verras sorti en 2016 nous raconte ses petites histoires de chanteur amoureux avec un humour et un détachement qui font mouche sur chaque titre dans un disque (trop court) en forme de journal intime.
Dans le sillage du regretté Pierre Vassiliu, Séverin nous donne des envies d’ailleurs (En vacances), joue de l’autodérision avec talent (L’abstentionniste) et capte l’air du temps avec un humour bien noir (30 minutes après ma mort) sur des musiques irrésistibles et réussit même à faire le buzz en invitant la journaliste Léa Salamé dans le clip du morceaux L’interview. Malin !

Label : Neon Napoleon
Date de sortie : 15 février 2019
Ecouter : spotify + deezer + youtube
Note : [8.2]
Critiques : Quai Baco

mercredi 20 février 2019

Amelie McCandless – The Stranger

Amelie McCandless – The Stranger

Du côté de Reims, on fait de l’excellente Electro-pop mais aussi de la musique Pop Folk rayonnante si l’on en juge par l’écoute de The Stranger, premier album d’Amelie McCandless.
Après des débuts marqués par un style Folk assez dépouillé, cette chanteuse et guitariste nourrit désormais sa musique d’une instrumentation plus large (guitare électrique, batterie, choeurs…), lorgnant plus franchement du côté de la pop avec des chansons tantôt enjouées, tantôt mélancoliques mais tout en gardant un esprit et des tonalités Folk.
Avec une manière de chanter évoquant par moment la chanteuse défunte des CranberriesDolores O’Riordan – non ne fuyez pas ! – , Amelie McCandless livre une suite de titres lumineux et printaniers qui réchauffent le cœur et l’âme comme un doux soleil d‘hiver. Une très jolie découverte.

Label : autoproduit
Date de sortie : 11 janvier 2019
Ecouter : spotify + deezer + bandcamp
Note : [7.7]
Critiques : ...

dimanche 17 février 2019

Dans la Playlist : hiver 2019

Voici une sélection d'une vingtaine d'albums "coup de coeur" à écouter jusqu’à printemps, voire même après !




20 albums à retrouver en chronique sur BENZINEDes chips et du roséPop Revue Express, Possible Musics et 100% bandcamp.


Jessica Pratt - Quiet Signs
Watine - Geometries sous cutanées
Aukai – Reminiscence
Steve Gunn - The Unseen In Between
TOY - Happy In The Hollow
William Tyler - Goes West
Balthazar - Fever
Eerie Wanda - Pet Town
Amelie McCandless – The Stranger
Juan Wauters – La Onda de Juan Pablo
Laure Briard - Un Peu Plus d’Amour S’il Vous Plait
Quentin Sirjacq - Companion
Bertrand Belin – Persona
Yann Tiersen – ALL
TH da Freak - Freakenstein
Andrew Wasylyk – The Paralian
James Yorkston - The Route to the Harmonium
Ô Lake - Refuge
Christine - Echoes From Dawn
Helado Negro - This Is How You Sile
Michael Chapman – True North

samedi 16 février 2019

Balthazar - Fever

Balthazar - Fever

Il est temps de dire deux mots sur l’un des plus fameux albums de Pop ce début d’année 2019. Il est signé du meilleur groupe Belge en exercice : Balthazar.
Une performance qui dure depuis bientôt 10 ans et qui se confirme avec ce sublime Fever attendu depuis près de 4 ans. Il faut dire que les deux leaders du groupe Maarten Devoldere et Jinte Deprez se sont offerts chacun un projet solo (Warhaus et J. Bernardt) avec dans les deux cas un résultat plutôt concluant.
Pour ce retour en groupe, ils signent un petit bijou de Pop luxuriante à la fois Funk et romantique, réussissant ce que peu de groupes arrivent à faire aujourd’hui : une musique facile à écouter mais d’une exigence artistique folle.
A l’image des grands disques de pop orchestrale des années 60 et 70, le groupe s’offre ici une production XXL avec des arrangements splendides pour mettre en avant des mélodies et des refrains à tomber par terre, avec comme souvent chez eux cette mise en avant judicieuse de la basse de Simon Casier, donnant à l’album toute son originalité et un groove incroyable. C‘est donc un disque de très haute tenue que vient de nous envoyer là Balthazar. Une performance qui rappelle, dans l’esprit, l'inoubliable 1er album des Last shadow Puppets sorti en 2008.

Label : [PIAS]
Date de sortie : 25 janvier 2019
Ecouter : spotify + deezer + youtube
Note : [9.0]
Critiques : BENZINE + Addict Culture



vendredi 15 février 2019

Zombie Zombie – L'heure de la sortie

Zombie Zombie – L'heure de la sortie

Mine de rien le trio Zombie Zombie est en train de se tailler une petite réputation dans le monde des BO de films made in France. Fans reconnus et affirmés des musiques de John Carpenter, le groupe a signé en 2016 la très belle BO du film Irréprochable, premier long-métrage du réalisateur Sébastien Marnier. Ce dernier a souhaité retravailler avec eux pour L’Heure de La Sortie sorti en salles début janvier 2019. Un film qui a bénéfice d’un bon retour critique et qui confirme également le talent de Zombie Zombie pour ce type d’exercice.
Accompagnés de chanteurs du choeur de Clamart,  Etienne JaumetCosmic Neman et Dr Schonberg signent des titres originaux ainsi que de reprises de Patti Smith dans un disque sombre et intense, rempli de sonorités électroniques vintage et minimalistes... comme c’est le cas dans toutes les productions de Zombie Zombie.

Label : L'age D'or
Date de sortie : 11 janvier 2019
Ecouter : spotify + deezer + youtube
Note : [8.0]
Critiques : Inrocks



lundi 11 février 2019

Fabulous Sheep - Fabulous Sheep

Fabulous Sheep - Fabulous Sheep

La bonne surprise pour ce mois de février 2019 en matière de Rock indé nous vient de Béziers avec Fabulous Sheep. Pour son premier album, ce groupe mélange diverses influences (Garage, Punk, Grunge, Post-Punk, Power Pop…) avec une énergie et une fraîcheur toute communicative à travers 14 titres qui nous feront revisiter au moins 30 ans de l’histoire d’histoire du Rock !
Une jolie performance pour ces cinq garçons dans le vent dont la musique va à 100 à l’heure et ne laisse jamais le moindre répit à l’auditeur qui n’en demande pas moins.
Un premier album plein de jeunesse, de fougue et d’espoir qui va redonner quelques couleurs à cette ville loin d’être morte qu’est Béziers, toujours gérée par le sinistre Ménard.

Label : Bitter Noise / Differ-Ant
Date de sortie : 8 février 2019
Ecouter : spotify + deezer + youtube
Note : [7.5]
Critiques : A découvrir absolument


jeudi 7 février 2019

Minizza – Ulysse & Mona B.O



Après "Le Voyage au Groenland", Minizza, le duo formé par Franck Marguin et Geoffroy Montel, signe une seconde BO pour le cinéaste Sébastien Betbeder avec "Ulysse & Mona".
Dans la lignée du thème de "Voyage au Groenland", Minizza propose une musique électronique minimaliste et atmosphérique qui prend des allures mélancoliques avec des orientations néo-classique au fil des morceaux (A la recherche d’Arthur, Dark and long night…).
Evoquant pêle-mêle Kraftwerk, Goblin, John Carpenter, Jacno, Raymond Lefèvre (La soupe aux choux) ou Vladimir Cosma, cette BO laisse l’auditeur – pour ceux évidemment qui n'ont pas encore vu le film – imaginer un histoire étrange qui se pare de mystère voire de fantastique. En tout cas, une jolie BO qui prouve que la musique de films Made In Fance version Indé (Rob, Zombie Zombie, Burgalat, Jonathan Fitoussi…) se porte bien.

Label : Brocoli
Date de sortie : 30 janvier 2019
Ecouter : spotify + deezer + bandcamp
Note : [8.0]
Critiques :

dimanche 3 février 2019

Quentin Sauvé – Whatever it Takes

Quentin Sauvé – Whatever it Takes

A l’écoute de Whatever it Takes, difficile d’imaginer Quentin Sauvé au sein d’un groupe Noise Hardcore, pourtant à la manière du Bordelais Julien Pras, ce membre du groupe Throw Me Off The Bridge a choisi pour la 2e fois de couper la disto et de se concentrer sur des compositions à dominante Folk.
Le résultat donne un disque plutôt intéressant, dans lequel le garçon parvient à développer un style assez personnel, assez différent de celui que l’on peut entendre chez les songwriters officiant dans un même registre similaire. Dans sa manière de chanter notamment, on perçoit quelques réminiscences du passé, avec des intonations qui nous ramènent à des choses éloignées du Folk, apportant ainsi une touche de mélancolie, de romantisme noir ou de rage dans des chansons, la plupart du temps, portées par le duo guitare voix. Une jolie performance.

Label : Ideal Crash / L'autre distribution
Date de sortie : 2 février 2019
Ecouter : spotify + deezer + bandcamp
Note : [7.0]
Critiques : l'imprimerie nocturne

mercredi 30 janvier 2019

Eerie Wanda – Pet Town

Eerie Wanda – Pet Town

La bonne surprise de la semaine nous vient du label Joyful Noise Recordings avec l'artiste hollandaise, d’origine Croate, Marina Tadic, qui officie sous le nom de Eerie Wanda quand elle chante et joue de la musique. Accompagnée de ses deux musiciens, elle signe avec ce second album un amour de Pop fraîche et légère, tendance West Coast. Une pop radieuse, au charme délicieusement rétro, avec ses boîtes à rythmes, son orgue minimaliste, et ses guitares tantôt hawaïenne (Big Blue Bird, Magenitc Woman) tantôts flamenco (Hands of the Devil) et bien sûr ce chant souriant et très agréable.
Pet Town vous caresse ainsi durant 32 minutes de ses douces et radieuses mélodies.
Un véritable bienfait donc que cet album sorti au cœur de l’hiver et dont les rythmes et les sonorités auront vite fait de vous réchauffer le cœur et l’âme.

Label Joyful Noise Recordings 
Date de sortie : 25 janvier 2019
Ecouter : spotify + deezer + bandcamp
Note : [7.8]
Critiques : les oreilles curieuses





mardi 29 janvier 2019

(ThisIs) Redeye - Desert Eyes

(ThisIs) Redeye - Desert Eyes

Guillaume Fresneau, qui évolue désormais sous le nom de (ThisIs) Redeye, a passé quelques années au Texas. De ce séjour, il a ramené des photos, des souvenirs mais aussi des influences musicales, qui rejaillissent naturellement dans ce nouvel album intitulé Desert Eyes.
Biberonné au son Folk Rock US et à l’Americana, il retranscrit parfaitement dans ces 10 chansons l’esprit de ce son américain si typique, un peu brut et sauvage et même psychédélique par moment. Enregistré sur un 8 pistes à bandes et mixé à Austin Texas, ce nouvel album chanté avec une voix à peine cassée et légèrement réverbérée s’écoute comme la bande son intemporelle d’un voyage intérieur mais tourné vers les grands espaces. Une jolie réussite.

Label : Lafolie records
Date de sortie : 25 janvier 2019
Ecouter : spotify + deezer + bandcamp
Note : [7.5]
Critiques : Indiepoprock

dimanche 27 janvier 2019

Bertrand Belin – Persona

Bertrand Belin – Persona

Longtemps, la musique de Bertrand Belin m’a laissé de marbre, suscitant chez moi une forme d’ennui poli tout en reconnaissant au garçon un talent certain pour créer un univers singulier aux chansons très ambitieuses. Hormis un ou deux singles (Hypernuit, notamment), l’univers musical de Bertrand Belin m’était resté fermé jusqu’à ce que Persona arrive à mes oreilles.
Pourtant, on ne peut pas dire que le style du chanteur breton ait changé en profondeur. Il reste toujours ce côté épuré, minimaliste, cette façon de chanter reconnaissable entre mille. Non, là où le changement se fait vraiment sentir, c’est dans les mélodies et les arrangements. Sa musique prenant comme rarement auparavant une dimension pop, laissant apparaître des arrangements synthétiques froids et sublimes... comme une sorte de ligne claire qui se dessine tout doucement et qui tranche assez avec ce qu’on a pu entendre chez lui par le passé.
Résultat, on accroche beaucoup plus aux compositions de Bertrand Belin avec des textes toujours un peu bizarres, abstraits et poétiques à la fois, mais mis en valeur comme jamais. On aimerait que Belin soit le digne successeur de Bashung, tant leurs univers se rapprochent par moment, mais il lui faudra encore ans doute un ou deux titres forts à Belin pour obtenir la reconnaissance publique qu’à pu avoir Bashung en son temps.

Label : Cinq7 / Wagram
Date de sortie : 25 janvier 2019
Ecouter : spotify + deezer + youtube
Note : [8.2]
Critiques : BENZINE